Vous avez 45 ans, bienvenue à ACF !

Cette contribution concerne les athlètes de 40 à 50 ans.

Quels sont les avantages de votre âge en athlétisme ?

– Le temps de la maturité (1)
– Le temps des possibles (2)

Quel est le désavantage de votre âge en athlétisme ?

– Déclin de la VMA (3)

(1) Le temps de la maturité

A compter de 40 ans, tout athlète qui bénéficie d’un recul en matière sportive a pris conscience de ses limites :

– En terme de performance. Chacun court globalement dans une catégorie. Par exemple, dans la décennie précédente, l’un(e) aura réalisé les 10 km dans une fourchette de 57’ à 47’ quand l’autre aura parcouru la même distance entre 43’ et 38’. A quarante ans, le meilleur niveau obtenu lors de la décennie précédente sera difficilement améliorable dans la décennie à venir.

– En terme d’excès, chacun a pu tirer enseignement d’un certain nombre de « bêtises » effectuées (par tous) dans le passé : erreurs d’entraînement, pari irréaliste de résultat en compétition, trop de compétitions, blessures engendrée par du surentraînement, etc.

– En terme de profil, chacun prend conscience des avantages et des limites de ses potentialités.

La période 40/50 est donc intéressante car elle place l’athlète dans de meilleures dispositions que par le passé pour gérer au mieux ses capacités objectives. L’athlète devient plus raisonnable pour optimiser intelligemment et dans la durée ses propres atouts. Au demeurant, durant cette décennie, les capacités de récupération ou de convalescence restent encore élevées.

(2) Le temps des possibles

Si on se souvient qu’un niveau de performance est le produit d’au moins quatre paramètres (le niveau de VMA, le profil de sportif, les qualités physiques et physiologiques, un entrainement parfaitement adapté) on peut imaginer l’hétérogénéité d’un groupe d’athlètes de cet âge à ACF. Sachant que si ces paramètres sont différents entre les athlètes, leur évolution est elle-même variable selon les qualités intrinsèques et les parcours de chacun. C’est la raison pour laquelle les catégories d’entraînements dans un club d’athlétisme ne s’effectuent pas par âge. En outre, en compétition, nombre de V1 (39/49 ans) ont de meilleurs résultats que des seniors (23/39 ans).

En conséquence, les objectifs des 40/50 ans sont très différents selon des catégories d’athlètes.

Prenons simplement trois exemples mais il y en a bien d’autres.

a- L’athlète possède toujours des qualités remarquables (VMA et dynamique de foulée). Il peut maintenir ses ambitions pour de bons résultats au scratch ou pour un podium en V1 en compétition.

b- La VMA de l’athlète est « effondrée » par une absence d’entretien de celle-ci dans le passé. L’athlète a plutôt intérêt à viser les compétitions sur longue distance où les qualités d’endurance deviennent prépondérantes.

c- L’athlète possède des qualités moyennes dans toutes les catégories d’épreuve. Il a intérêt à choisir des compétitions qui nécessitent d’autres qualités intrinsèques : résistance, aptitudes pour les côtes ou les changements de dénivelés, cross, biathlon, etc.

(3) Déclin de la VMA

Après 40 ans, la baisse de VMA est significative (même si elle reste élevée dans le cas des fortes VMA : par exemple, elle peut passer de 22 à 19).

Maintenir une VMA élevée au-delà de 40 ans est un atout précieux qui permet d’atteindre des résultats remarquables en compétition. Dans ce contexte, il est essentiel d’entretenir ce potentiel durant 10/15 ans supplémentaires en agissant de la sorte :

– Effectuer chaque semaine 1 ou 2 séances de VMA,
– Ne pas interrompre l’athlétisme (ou un autre sport) entretenant la VMA. Si cette seconde condition ne peut être respectée, pour de multiples raisons personnelles incontournables, reprendre l’entraînement dans les meilleurs délais.

Ce contenu a été publié dans Conseils. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.