Le corps aujourd’hui – 12 Mars 2013

 

Le corps aujourd’hui. Le culte de la performance.

France culture. Les nouveaux chemins de la connaissance. 12/3/13. 10 h.

 

D’un côté la grandeur et de l’autre la juste de mesure. La pratique de l’exercice physique puise ses références à travers ces deux notions dans le monde antique. L’accomplissement implique une limite alors que le dépassement implique d’aller toujours plus loin.

Chez Aristote la nature est un modèle d’ordre. L’homme est en mesure de s’accomplir en accord avec la nature. Le dépassement que l’on peut trouver dans les jeux sportifs des athlètes n’est pas érigé en valeur qui conduit la société. C’est la différence avec notre monde moderne.

Avec Descartes la nature est mathématisée. L’homme se l’approprie. Il se met à penser la finalité naturelle sur le mode techniciste. Rousseau montre que l’homme est transformable. C’est la leçon retenue par la suite par les tenants de l’emprise de la technique et de la biologie. La perspective du progrès à l’infini devient notre modernité.

Aujourd’hui nous parlons d’avantages et d’artifices. Le champs du handicap, devient le champs de l’expérimentation de la transformation du corps naturel. Le corps déficient sert de support au corps augmenté. On le voit avec l’athlète Oscar Pistorius. Le rapport du corps naturel à l’artifice s’en trouve modifié.

Le sport est normalement une activité classifiante et clivante. Dans ce cadre réglementé comment classer les performances d’un athlète handicapé qui bénéficie de prothèses. ? Une subversion s’opère dans l’ordre naturelle. De la même manière les doutes sur l’identité sexuée d’un athlète viennent remettre en cause l’ordre classifiant. C’est l’utilisation de la technique génétique qui est appelée pour arbitrer ces questions. L’ambiguïté fait irruption également par le dopage. Le doute s’introduit quant aux performances.

Nous tombons dans une auto-production de son propre corps. Il y a effraction de sa propre normalité. Les limites naturelles sont transgressées. Les retombés en terme de santé mentale et de pertes de limites doivent être interrogées. L’usage de stéroïdes dans le cas Pistorius semble avoir altérer son caractère et avoir produit un déséquilibre qui l’a conduit au passage à l’acte mortel sur le corps de sa compagne. La recherche de sensations fortes peut conduire au déséquilibre et à la perte de la juste mesure. Après la chute mythique et originaire hors du paradis dans l’ordre naturel, l’homme expérimente la chute hors de la nature dans l’empire de la technique.

 

 

 

 

Ce contenu a été publié dans Culture. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.