Comment perdre du poids quand on est sportif ? (1ère partie)

Vaste sujet qui ne peut être traité dans une courte rubrique. Aussi nous nous efforcerons ici de ne répondre qu’à une seule question : est-ce que la perte de poids chez un sportif se traite de la même manière que chez un non sportif ?
La réponse est : non

Quelles sont les différences entre un sportif et un non sportif ?

Après au minimum 3 ans d’entraînements réguliers en athlétisme (avec une pratique diversifiée : VMA, sortie longues, etc.), le corps subit une transformation importante qui concerne son métabolisme énergétique.
En particulier :
1) Le métabolisme de base du sportif a augmenté, un peu comme si le sportif avait gagné en cylindrée. Les réseaux artériels et veineux se sont considérablement développés et adaptés aux besoins spécifiques de la pratique sportive concernée. En conséquence, il consomme plus de calories en moyenne qu’un non sportif.
2) Augmentation de sa réserve de glycogène. Celle-ci, initialement aux alentours de 500 g, peut atteindre 800 g à 1kg (foie et muscle compris).
3) La dépense énergétique est plus efficace. Cela signifie qu’à vitesse égale, un sportif entraîné dépense moins d’énergie qu’un individu non entraîné.
4) L’utilisation de la filière lipidique (métabolisation de la graisse) est parfaitement régulée. Cette réserve est « infinie ». Pour perdre 1kg de lipides en courant à 8 km/h, il faut courir plus de 12h. Et en moyenne, un athlète dispose de plus de 10kg de réserve lipidique.

Que conclure de ces constats ?

1) Le lendemain d’une séance de VMA où on a grandement diminué sa réserve de glycogène, le corps ne prend pas de graisse car il reconstitue sa réserve de glycogène en premier lieu. Il ne faut que 24 h pour cela.
2) Avec 3 séances variées par semaine (par exemple : VMA + VMA longue + sortie longue à vitesse lente), on stabilise son poids.
3) Pour stabiliser son poids d’équilibre, le sportif doit obligatoirement avoir une hygiène alimentaire, c’est-à-dire une bonne hydratation et une alimentation équilibrée et sans excès.
4) Il est dangereux, voire inefficace, de supprimer un facteur alimentaire comme les graisses ou de réduire de manière improvisée son apport nutritionnel quotidien, car cela engendre par réaction physiologique une augmentation ultérieure de ses capacités de stockage énergétique (avec prise de poids).
5) En cas de réelle surcharge pondérale, la perte de poids par une hygiène alimentaire recommandée par un nutritionniste fait partie intégrante du plan d’entraînement.

Ce contenu a été publié dans Conseils. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.